Une hausse du salaire minimum à 15$ l’heure aurait un impact majeur sur la rentabilité des entreprises agricoles.

C’est ce que révèle une étude menée par la firme Forest Lavoie Conseil pour le compte d’AGRIcarrières  et de l’Union des producteurs agricoles (UPA). En effet, l’agriculture québécoise vivrait difficilement une hausse importante et rapide du salaire minimum, plus particulièrement dans le secteur horticole, celui-ci étant confronté à l’importation de fruits et de légumes provenant de pays où le salaire minimum est beaucoup moins élevé.

Pour en connaître davantage sur le sujet :